Le couplage #Présidentielles #Législatives : un pas de plus vers la bipolarité ?

Publié le par inmediovertus

AN.jpgAu début j’allais juste tweeter « Pas fan du couplage #Présidentielles #Législatives ».

Puis j’ai cherché à comprendre les raisons de cette défiance et j’ai pensé : autant énumérer la liste de mes réticences et voir si c’est vraiment incompatible avec un vote couplé #Présidentielles #Législatives .

 

Pourquoi ce couplage ne m’inspire donc pas ?

 @ Parce qu’avec ce couplage, je crains que l’Assemblée Nationale devienne encore davantage une simple chambre d’enregistrement consacrant définitivement l’hyper présidentialité de notre régime ;

 

 @ Parce que je me dis dans la mesure où on a déjà des problèmes en termes « d’équité ou d’égalité de temps de parole » lors des présidentielles, le fait d’y ajouter les élections législatives risque de faire de ce moment politique et démocratique majeur une véritable cacophonie ;

 

 @ Parce que vu les barrières à l’entrée aux élections présidentielles limitant le nombre de candidats/partis représentés, et au contraire la diversité des candidatures pour les législatives, je me demande si on ne tendrait pas avec un tel couplage à rendre encore moins audibles les petits partis ou candidats indépendants ;

 

@ Parce que j’ai l’impression qu’un tel couplage ne serait favorable qu’à l’UMPS, aux grands partis en général, et aux candidats à notoriété nationale au mépris des candidats locaux que sont nos députés (en dépit des parachutages, bien mis à mal dans lors des législatives 2012) bien que l’enjeu soit sans conteste éminemment national ;

 

@ Parce que si le problème c’est que la campagne dure trop longtemps et que les français en ont marre, on pourrait peut-être plutôt réfléchir à éviter que la campagne présidentielle ne commence 1 an avant la date du scrutin (sans parler du faux suspens (vraiment) insoutenable : « oui/non je (ne) suis (pas) (encore) candidat » ;

 

@ Parce que s’il faut chercher des causes à l’exaspération électorale des français, il faut sûrement chercher davantage du côté du niveau lamentable des discours et postures politiques et de leur non moins lamentable couverture par les médias et des éditocrates ;

(Ça me rappelle un tweet que je destinais à Frantz-Olivier Giesbert, en substance : « non la campagne n’est pas trop longue, elle est trop nulle »).


 

Conclusion

 

La liste n’est ni très longue ni exhaustive mais personnellement, ça me suffit à ne pas souhaiter que ces deux élections majeures soient regroupées. Néanmoins :

@ ramener l’entre deux tours de la présidentielle à la durée de celui des législatives (1 semaine) ne me paraitrait pas incohérent ;

@ après avoir couplé les régionales et cantonales en élections territoriales (ça c’était une bonne idée), pourquoi ne pas coupler aussi ces (nouvelles) élections territoriales avec les municipales quand on sait la nécessaire cohérence et les imbrications entre communes périphériques (évidemment ça ne se fera pas : Les maires n’apprécieront surement pas une telle dévalorisation de leur mandat (commune), et le PS désormais au pouvoir nationalement parlant étant largement majoritaire en région, ne risque pas de se couper l’herbe sous le pied !).

 

Publié dans Politique

Commenter cet article